source : cliquez ici 

 


La cérémonie de remise des « Flambeaux d’or » (distinction d’honneur destinée aux Viêt kiêu américains d’élite) s’est déroulée en mai dernier à San Francisco et la sentence est tombée. Les lauréats de cette troisième édition sont Lê Duy Loan, Dinh Viêt et Tô Bao Ngoc.

Ces 3 personnes d’origine vietnamienne ont fait honneur à leur pays natal. À l’autre bout du monde, ils ont obtenu d’excellents résultats dans leurs activités professionnelles tout en apportant leur contribution au développement de la communauté vietnamienne d’outre-mer et à l’édification du pays natal.
La première femme « expert d’élite » de Texas Instruments
Lê Duy Loan est la première femme et la première Asiatique à décrocher le titre d' »expert d’élite » de Texas Instruments (IT), une célèbre compagnie d’informatique américaine. Inventrice d’une trentaine de logiciels informatiques, cette Viêt kiêu de 43 ans assure, depuis 2002, le poste de vice-présidente du conseil technique d’IT. Arrivée à l’âge de 12 ans sur le sol américain, elle s’est toujours battue pour surmonter les difficultés financières et poursuivre ses études. À 19 ans, diplômée de l’Université du Texas, elle débute à la compagnie Texas Instruments, tout en poursuivant des études post-universitaires à l’Université de Houston. Douée, elle met au point de véritables innovations scientifiques qui vont contribuer au développement d’IT. La consécration arrive en août 2002 lorsque la compagnie National Instruments – membre important de la Bourse Nasdaq – lui propose une place au sein de son conseil d’administration. À remarquer qu’en 2000, le nom de Lê Duy Loan faisait partie des 20 premières femmes influentes du monde dans les technologies (Women in Technology International Hall of Fame).
Extraordinaire au travail, Lê Duy Loan l’est tout autant au dehors. En effet, elle s’implique activement dans des activités philanthropiques comme la création d’un fonds d’assistance pour les étudiants déshérités, la construction d’orphelinats ou d’écoles dans les pays pauvres. Ainsi, en 2002, Lê Duy Loan et son époux ont créé l’association Sunflower Mission dont les activités sont axées sur le Vietnam. Depuis, cette organisation à but non-lucratif s’est investie dans la construction de nombreuses salles de classes dans les provinces du Sud Vietnam et a également fourni des bourses d’études à environ 500 étudiants et élèves vietnamiens. Sunflower Mission sert aussi de pont entre les 2 pays, amenant des dizaines de groupes d’étudiants américains au Vietnam pour y déployer des activités humanitaires, sous forme de « Workcamp ». À l’heure actuelle, Lê Duy Loan s’attèle à la recherche de programmes de coopération universitaire, dont le but serait d’introduire les technologies avancées au Vietnam (Bringing Technology back to Vietnam).

Un Viêt dans le gouvernement fédéral
Entre 2001 et 2003, Dinh Viêt faisait partie du cabinet du ministre de la Justice, en tant que responsable des politiques juridiques. À sa charge, l’examen et la ratification des priorités dans la politique et le plan d’action de ce ministère après les événements du 11 septembre 2001.
Débarqué avec sa famille en 1978, Dinh Viêt a passé une enfance difficile sous le soleil californien. Très doué pour les études, le jeune Dinh Viêt réussit à entrer à la prestigieuse Université de Harvard, puis en sort diplômé de la faculté de droits, avec mention « Excellence ». Par la suite, il rédigea un mémoire post-universitaire sur le droit et l’économie dans le programme « Olin Fellow ».

Miss bourse d’études d’Asie – Atlanta 2006
Tô Bao Ngoc s’est imposée devant 19 autres filles pour recevoir le titre « Miss bourse d’études Asie 2006 » de l’Université d’Atlanta (État de Géorgie). Pour cela, elle a du démontrer l’ensemble de ses qualités : niveau d’études, vertus et talents.
Née au Vietnam, Tô Bao Ngoc est venue s’installer aux États-Unis avec sa famille alors qu’elle n’avait que 8 ans. Candide de nature, elle a su garder les caractères d’une fille vietnamienne : studieuse, douce, joyeuse, gentille, généreuse… Dotée d’une belle voix, Tô Bao Ngoc ne raterait pour rien au monde les fêtes culturelles organisées par la communauté des Viêt kiêu de Géorgie. Mais là où elle se distingue, c’est dans l’engagement qu’elle met dans toutes les activités artistiques de l’école et de différentes organisations humanitaires. Tô Bao Ngoc est aussi une des créateurs de La Voix de la jeunesse, première émission radio des étudiants vietnamiens. Active dans l’édification de sa communauté, la jeune Tô Bao Ngoc espère bientôt voir son prochain projet se concrétiser : ouvrir une classe gratuite de vietnamien en faveur des enfants de 6 à 16 ans. Et elle rêve de mener un doctorat en sciences humaines et un autre en technologies une fois qu’elle aura quitté l’université, en 2007.