You are currently browsing the category archive for the ‘découvert’ category.

L’équipe du professeur Verdier a reçu le prix Biothérapie Thermo Fisher Scientific.

prof-um2

Cocorico ! Malgré de sérieuses difficultés financières, l’Université Montpellier II reste très active en matière de recherche médicale. Spécialisée dans les démences dégénératives, l’unité Inserm 710 dirigée par Jean-Michel Verdier vient, en effet, de faire une découverte importante sur la maladie incurable de Creutzfeldt-Jakob, plus
connue sous la triste appellation de « maladie de la vache folle ». Une découverte récompensée récemment par le prix Biothérapie Thermo Fisher Scientific et qui ouvre de sérieux espoir quant à l’élaboration d’un traitement. Au cours de ses recherches, Véronique Perrier, membre de l’unité 710, a constaté que certaines populations, notamment au Japon, étaient résistantes aux maladies à prions qui détruisent le cerveau. La scientifique
montpelliéraine a alors injecté une séquence d’ADN de ces personnes pour récréer ce fameux prion résistant
chez des souris atteintes de Creutzfelt-Jakob. Résultat : une amélioration importante de l’état général des souris et une augmentation de leur survie de 20 %. « Nous restons prudents mais cette découverte est une avancée vers un traitement par thérapie génique, souligne le professeur Verdier. Nous allons maintenant l’expérimenter sur des primates avant une approche clinique chez l’homme ». Un projet sur cinq ans qui nécessitera beaucoup de moyens. Chaque année, la maladie de Creutzfeldt-Jakob tue en France environ 200 personnes. J.-M. S.

Lien: cliquez ici

Une extension de Simscape avec les outils pour modéliser et simuler les systèmes électroniques et électromécaniques.

Plus d’information :

http://www.mathworks.fr

91563

http://www.robochamps.com

While there has long been a large audience interested in robotics, there have also been a number of barriers to entry, both real and perceived. Robots are not widely available in traditional retail stores. If one could find a programmable robot, the cost was often times non-trivial. In addition, the ‘robot’ that could be purchased was often in the form of a kit and required hardware knowledge and skills. And if one could both find and afford a robot, there was a perception that programming one must be difficult.

RoboChamps is a new robotics programming league that removes those barriers to entry and makes robotics available to a broad audience. RoboChamps is based in simulation, which removes the barriers to entry of availability, cost, and deep hardware knowledge. RoboChamps is more specifically built on top of the simulation functionality provided in Microsoft Robotics Developer Studio 2008, which means that participants can program their robots using the .NET languages they are already familiar with.

In addition, a simulated robotics competition provides the opportunity for participants to engage in rich simulation environments and use robots that are unattainable via other means. For example, RoboChamps participants have the opportunity to navigate a rescue robot in a city struck by disaster, program a car to drive autonomously in a traffic filled city and drive a rover on the surface of Mars – all scenarios that would be financially prohibitive for most individuals.

RoboChamps is a league, and like most leagues has a season that is comprised of a series of competitions. In this league, these competitions are referred to as Challenges. These provide participants with a rich 3d, physics-enabled environment and a robot, and challenge participants to solve tasks in an environment-specific scenario.

The RoboChamps season culminates in an end of season tournament. The top four in the tournament will participate in a finals event where they will take their simulation code and apply it to real robots.

The Amazed Challenge is designed to measure your ability to program a simulated, autonomous robot that successfully navigates a 3-D virtual maze from beginning to end.

L’édition 2008 du magazine COMSOL News vient de paraître!

Demandez le dès maintenant:
– en version papier sur www.comsol.fr/COMSOL_News
– au format PDF en téléchargement sur http://cds.comsol.com/mg/b4816d331b55bb.zip

ou sur Gaubuali’s Webblog : comsol_news_2008

Au menu, 36 pages de cas utilisateurs et d’infos techniques:

* Comment la foudre agit-elle sur la carlingue d’un avion – SAAB
* Concevoir un procédé efficace de mise en forme des matériaux composites – RocTool
* Développer un système de revitalisation de l’air pour les voyages spatiaux vers Mars – NASA
* Améliorer les tests de durée de vie des circuits semi-conducteurs – STMicroelectronics
* Produire des capteurs pour l’automobile – Continental Corp.
Etc

Chaque article décrit en détail l’intérêt de la simulation et sa valeur ajoutée en matière de conception/production et d’avancée des projets.

N’hésitez pas à me contacter pour toute précision!

Cordialement,
Oumnia SQUALLI

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

COMSOL France – Grenoble & Paris
WTC, 5 Place R. Schuman
F-38000 Grenoble
oumnia.squalli@comsol.fr
tel : 04 76 46 49 01
fax : 04 76 46 07 42
Enterprise

The BristleBot is a simple and tiny robot with an agenda. The ingredients? One toothbrush, a battery, and a pager motor. The result? Serious fun.

(YouTube video here.)

The BristleBot is our take on the popular vibrobot, a simple category of robot that is controlled by a single vibrating (eccentric) motor. Some neat varieties include the mint-tin version as seen in Make Magazine (check the video), and the kid’s art bot: a vibrobot with pens for feet.

Toothbrush

Angled Bristles

The starting point is of course the toothbrush. We need one that has more-or-less uniformly angled bristles. (While it may be possible to take one with straight bristles and bend them to suit, I haven’t tried.) If the bristle length is nonuniform (as it is here), it may take scissors to make the bristles all the same.

Snip Robot Platform

Cut off the handle of the toothbrush, leaving only a neat little robotics platform.

Pager Motor Motor & coin cells

Next, we need a vibrating pager motor or other tiny motor with an unbalanced output shaft. If you should happen to find a small enough motor you can always add the weight yourself, but usually motors this size are made for pagers anyway. I got mine on eBay for a few bucks; you can also get them here, for example.

The kind that I got are happy to run on almost any common voltage– probably a range of 1-9 V. As a power source, you can use an alkaline or lithium coin cell or watch battery, either 1.5 V or 3 V. To hook the motor to the battery I soldered short copper wire leads to the motor terminals.

Parts

Apply Tape

The last substantial ingredient is some foam tape. Apply a small piece to the top of the toothbrush robotic platform, which will be used to hold the motor in place.

Stick on motor Cute but unstable

Attach the motor to the foam tape. The tape provides a spacer so that the rotating weight does not hit the toothbrush head. It also provides a strong, flexible connection to the base that is able to handle the severe vibration that this robot experiences. A first approach to hooking up the battery might be to stand it on end. However, the battery itself is not held in place very well this way and will fall out shortly.

Lead form

Enterprise

A better method is to bend one of the leads down flush with the foam tape, so that you can *stick* the battery to the foam tape as well and still make an electrical connection. The other lead contacts the other side of the battery, and the motor can run.

Lithium cell

The completed BristleBot, running and ready for action. When you set one down, you may notice that it tends to steer left or right. We have found that battery and motor placement, bristle shape (one stray long bristle can interfere with the motion, and motor rotation direction all influence the behavior- so be sure to try flipping the battery upside down if you have trouble getting yours to go straight.

Now and for the record, this is one of many different kinds of vibrobots– there are a lot of other designs out there if you go and look. We have heard of and seen many other vibrating robots, and we know that even using a brush with angled bristles for propulsion has been done before. However, this particular miniature implementation may be unique, and is certainly fun. Very few robots that you can build so easily are so rewarding. With the right parts, you can make one in a few minutes. It might be great fun to make a bunch of them to race them competitively.

Source: http://enews.techniques-ingenieur.fr/xg/newsletter/technoflah5/electronique-informatique-telecoms/biotact-pour-des-robots-sensibles-au-toucher/104.html?xtor=EPR-4

Des robots autonomes, inspirés de certaines espèces de rongeurs dont le sens du toucher est très développé, pourraient être capables d’intervenir dans des conditions de visibilité restreintes.

Le règne animal inspire les chercheurs en matière d’innovation. Notamment lorsqu’il s’agit de développer des technologies se rapprochant de certains mécanismes biologiques et/ou des sensations propres aux êtres vivants, telles que le toucher. Le projet Biotact (Biomimetic technology for vibrissal active touch), financé par l’UE et lancé en début d’année 2008, est soutenu par le septième programme-cadre (7ème PC), qui lui alloue environ 5,4 millions d’euros (sur un coût total de 7,8 millions d’euros). Dix partenaires originaires d’Allemagne, de France, d’Italie, du Royaume-Uni, des États-Unis, d’Israël et de Suisse, étudient dès à présent les mécanismes sensoriels permettant à ces rongeurs de percevoir les formes et les surfaces, et ce, grâce à leurs moustaches !

Les moustaches « capteur-détecteur » du rat

« L’utilisation du toucher dans la conception des systèmes d’intelligence artificielle a été très négligée jusqu’à présent », explique Ehud Ahissar professeur à l’institut Weizmann en Israël. Le rat commun (Rattus norvegicus) et la musaraigne (Suncus etruscus) figurent parmi les meilleurs exemples d’animaux dont le sens du contact est particulièrement développé, le rendant beaucoup plus efficace que le sens tactile par le bout des doigts des humains. « Chez les créatures nocturnes, ou celles peuplant des sites peu éclairés, l’usage du toucher est largement préféré à la vision en tant que premier moyen d’obtenir ou de recevoir des informations physiques sur l’environnement ambiant ».

Le rat de laboratoire, spécialiste du toucher
©Biotact

Comment le rat utilise-t-il sa « moustache » pour explorer son environnement et comment le cerveau traite-t-il cette information ? Et qu’est-ce qui rend la « moustache » du rat beaucoup plus efficace que le bout des doigts d’une personne normale ? Il semblerait que ces animaux effectuent un mouvement de va et vient très rapide avec leurs appendices qui assurent par là même, la fonction de détecteurs. C’est ce « balayage » actif et répétitif qui ferait la différence et leur permettrait de déterminer la forme et la surface des objets et de capturer leur proie. D’après les recherches effectuées par le consortium, les signaux partent des moustaches et parcourent des voies parallèles qui fonctionnent en boucles d’informations fermées, en surveillant en permanence les signaux qu’elles reçoivent et en adaptant leurs réactions en conséquence. Les chercheurs pensent que les interactions complexes entre ces boucles sont responsables du contrôle riche et précis du mouvement.

De nombreuses applications à portée de moustache

« L’objectif de cette recherche est d’aider à obtenir une meilleure compréhension du cerveau d’une part et de faire progresser la technologie de l’autre ». Elle devrait permettre d’aboutir à un traitement de l’information plus efficace et à des avancées technologiques importantes dans le domaine de la robotique. Les robots conçus selon ce principe pourront être utilisés pour les travaux sur l’intelligence artificielle, en incorporant certaines des caractéristiques d’un vrai cerveau.

Un robot tactile dans le concept ScratchBot
©Biotact

Les applications technologiques montreront probablement de nombreux avantages par rapport aux systèmes robotiques conventionnels. Les chercheurs pensent à la réalisation de machines pouvant être utilisées, par exemple dans des missions de sauvetage, dans des interventions en milieu inhospitalier ou en visibilité réduite, voire même dans l’exploration spatiale. En tout cas, une nouvelle génération de capteurs et de robots est en vue avec des machines dotées d’une sensibilité au toucher.

Présentation de Synaptics : »Penser à ce que vous pouvez faire avec juste un seul geste »

Blog Stats

  • 243,263 hits

Archives

Meilleurs clics

  • Aucun

RSS Flux inconnu

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.